à propos de nous

Découvrez toutes les spécialités de votre avocate…

Par quatre arrêts voués à une très large diffusion, la première chambre civile de la Cour de Cassation à modifier le point de départ du délai de la prescription en matière de de crédit immobilier, revenant ainsi à une situation plus classique, mais également plus complexe.
 

Avocate en droit de la famille à Saint-Etienne (42)

Maître Gaëlle Mathys vous propose de suivre toutes ses actualités via cette page et vous souhaite une bonne navigation sur son site.

Quel délai de rétractation pour les terrain à bâtir?
Quel délai faut-il appliquer?

La loi Macron du 6 août 2015 a modifié le délai de rétractation en matière de vente d'immeuble à usage d'habitation.

Cette loi a-t-elle une incidence sur la vente de terrain à bâtir, notamment les terrains compris dans un lotissement ?

Deux textes concernent le droit de rétractation en matière de vente immobilière, à savoir l’article L271-1 du Code de la construction et de l’habitation et l’article L442-8 du Code de l’urbanisme.

Jusqu’à présent, ces deux délais étaient identiques (7 jours).

Depuis la loi Macron, qui n’a modifié que l’article L271-1 du CCH, l’un de ces délais a été porté à 10 jours, quand l’autre délai reste à 7 jours.

La question est de savoir quel délai s’applique à telle ou telle vente.

L’article L271-1 du CCH – qui prévoit désormais un délai de rétractation de 10 jours – s’applique à tout « acte ayant pour objet la construction ou l'acquisition d'un immeuble à usage d'habitation, la souscription de parts donnant vocation à l'attribution en jouissance ou en propriété d'immeubles d'habitation ou la vente d'immeubles à construire ou de location-accession à la propriété immobilière ».

L’article L442-8 du Code de l’urbanisme – qui maintient le délai de rétractation de 7 jours – s’applique, quant à lui, aux promesses unilatérales de vente des terrains compris dans un lotissement.

A priori, la situation paraît simple :

  • délai de rétractation de 10 jours pour les immeubles à usage d’habitation et les immeubles à construire, 
  • délai de rétractation de 7 jours pour les terrains situés dans un lotissement (la pratique ayant étendu ce délai de 7 jours des promesses unilatérales aux promesses synallagmatiques).

Mais un arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 13 novembre 2014 (RG n° 13/12102) vient semer le doute.

Cet arrêt concerne une vente de terrain à bâtir hors lotissement : une telle vente ne devrait être soumise à aucun droit de rétractation.

La Cour a cependant adopté un raisonnement autre.

Elle a retenu que la promesse de vente a pour objet un terrain à bâtir, en vue de la construction d’une maison à usage d’habitation, et que la volonté de construire une maison d’habitation sur ce terrain était certaine, et donc était entrée dans le champ contractuel.

La Cour a pris le soin de préciser que la promesse avait été conclue sous la condition suspensive de l’obtention d’un permis de construire.

La Cour a ainsi jugé que le délai de rétractation prévu par l’article L271-1 du Code de la construction et de l’habitation s’appliquait à la vente d’un terrain à bâtir en vue d’y construire une maison d’habitation.

Il est probable qu’une telle jurisprudence puisse s’étendre aux terrains à bâtir compris dans un lotissement, en vue d’y construire une habitation.

Autrement dit, il est sage – en l’état de la jurisprudence actuelle – de soumettre toutes les ventes de lots d’un lotissement à usage d’habitation au délai de rétractation de 10 jours.

Le délai de 7 jours prévu par l’article L442-8 du Code de l’urbanisme ne paraît devoir s’appliquer qu’aux autres lotissements (à usage d’activités, artisanal, commercial, industriel ou autre).